Texte n°1 : lecture et questionnaire à choix multiple

I. Je lis des textes et répond à des questions à choix multiple

 

1. Lis le texte et réponds ensuite, sans le texte, aux questions :

 

Trouver du travail au Portugal est difficile. Maria et une dizaine de ses compatriotes quittent  leur pays pour venir chercher un emploi en France. N'ayant pas de passeport, ils sont obligés de passer la frontière en fraude, caché dans un camion qui, dans la première partie du voyage, transportait des porcs.

 

La camionnette a ralenti. Ilsse sont réveillés en sursaut. Le chauffeur a chuchoté

- Silence, hein ! Nous arrivons à la frontière.

Dans leur cachette, ils n’osent plus faire un geste. Ils entendent la pluie gicler sur la carrosserie. Maria serre un peu plus la petite fille qui essaie de se soulever. Elle lui glisse un bonbon entre les lèvres. Tonio, lui, ne réagit pas. Il dort. Et son père, qui le tient dans ses bras, sent parfois de longs frissons qui agitent l'enfant. IIn'en parlera pas à sa femme. Elle paraît assez affolée comme cela.

Coup de frein. Papiers. Explications. Tout recommence. Il ne faut surtout pas que les enfants s’éveillent.  Cette fois-ci, iln'y aura pas les cris desporcs pour couvrir les autres bruits. L'auto est repartie. Ils roulent encore un moment. Ils stoppent à nouveau. Ils doivent être maintenant à la frontière française. A travers les cloisons, les émigrants épient tous les bruits qui leur parviennent.

La frontière française est la plus dure à franchir. Ils le savent. Les douaniers de France ont une réputation inquiétante. L'arrêt est long. Très long.

Le chauffeur a remis son véhicule en marche. Non. Ils ne partent pas encore. Ilsvont se  ranger un peu plus loin. A l’écart desquelques autos qui les suivent ou les précédent et dont les fugitifs entendent les moteurs. Et à nouveau le silence. L'attente. Lesbribes de conversation qui s'échangent au-dehors et qu'on essaie d'interpréter. ( ... )

L'auto est repartie.   La cabine s'éclaire parfois de la brève lueur d'un lampadaire. Ilsdoivent traverser Hendaye.

C'est fini. Le moteur s'est tu. Le passeur ouvre le hublot et leur dit: - Vous êtes arrivés.

Ils sortent un à un de leur cage. Ils sont sur le trottoir.

Les enfants pleurent, assis à terre. Joao et Maria paient ce qu'ils doivent. La camionnette est repartie.

La pluie tombe sur eux. Ils se regardent. Abasourdis. Ils sont en France. La gare est devant eux. Il est une heure du matin. Un train siffle. Il pleut toujours. Ils ont ramassé leurs bagages et se sont dirigés vers le porche.

Joao, est entré seul. Un guichet est ouvert. Le jeune home s'est dirigé du côté de l'employé

qui écrit. Joao interroge. Iln'emploie que les mots nécessaires brefs qu'il s'est ingénié à apprendre.

- Paris. Quelle heure?

- Huit heures cinquante-cinq.

- Combien?

- Cent six francs.

Oui. C'est vrai. Il faut parler en francs, dorénavant. Et ce n'est pas une mince affaire. Il est ressorti. Joao explique. L'attente. L'argent. On ne peut pas rester dans la salle de  la gare. Ils vont se faire remarquer. Il faut aller voir plus loin.

Ils marchent. Leurs bagages traînant dans leurs jambes. Ilss'engagent dans une petite rue. En longent une autre. C'est inespéré. Un estaminet estouvert. Ilsy entrent. ( ... )

Moyennant le prix des consommations majoré d'un certain pourcentage, le propriétaire de l'endroit permet qu'on passe la nuit dam son établissement. ( ... ) .

Alors Joao a commandé, du café. Du lait chaud pour les enfants. Et ilsout trouvé une place.

Ils sont moins malheureux. Ils ne sont plus seuls. D'autres frères de misère les entourent.

& LUCE FILLIOL, Maria de Amroreira, Ed., G.P.

 

Entoure la bonne proposition :

 

1. Avant d'arriver à la frontière, les passagers

a) jouaient aux cartes,

b) dormaient,

c) mangeaient.

 

2. Pour que la petite fille se taise, Maria :

a) lui met la main devant la bouche,

b) la gronde.

c) Lui donne un bonbon.

 

3. Le père du petit Tonio est inquiet :

a) car son fils semble malade,

b) car sa femme est restée an Portugal,

c) car ila perdu son argent.

 

4. L'attente à la frontière :

a) est très courte,

b) dure jusqu'au lendemain,

c) est longue.

 

5. Le passeur fait descendre les fugitifs :

a) dans la campagne,

b) devant un hôte1,

c) devant une gare.

 

6. Lors de l'arrivée en France des fugitifs :

a) il neige,

b) il pleut,

c) l'orage gronde.

 

7. Pour se faire comprendre par l'employé de la gare, Joao :

a) s'exprime par gestes,

b) montre l'endroit où il veut aller sur la carte,

c) parle un peu français.

 

8. Le train de Paris part aux environs de :

a) huit heures,

b) douze heures,

c) vingt-deux heures.

 

 

9. Le prix du train est :

a) deux-cent-cinquante francs,

b) quatre-vingt-deux francs,

c) cent-six francs.

 

10. Les passagers

a) passent la nuit dehors,

b) dorment dans la salle d'attente,

c) trouvent un café ou ils pourront passer la nuit.